Interview décalée : Diane LOSFELT, Directrice Générale Château de l’Engarran

mercredi 19 février 2020

Diane, c ‘est un vrai coup de cœur que nous avons pour vos vins.
Nous sommes heureux de les proposer quotidiennement à nos clients.
Vous êtes une femme de tête dans un univers très masculin.
Puis-je vous poser quelques questions un peu décalées afin de mieux vous connaître ?

Pour débuter, une question sérieuse : Votre parcours / expérience en quelques dates clé ?
– Ingenieure agro specialité protection des cultures,
– 3 années en tant que chercheur à l’INRA en lutte biologique,
– Puis 36 ans à ce jour à la tête de l’Engarran,
– Première femme à être entrée au conseil d’administration du syndicat Languedoc !
– Mariée, 3 enfants… c’est important car mon mari et mes enfants me soutiennent à fond !

Domaine de l'Engarran

L’entrée du domaine

 

Petite, vous vouliez faire quoi comme métier ?
Danseuse sur un cheval… car je voulais absolument monter à cheval !
J’ai réussi à convaincre mes parents ébahis qu’une « bonne élève » veuille faire ça comme métier !

Vous avez un surnom ?
Haha… demandez à mon équipe ou à ma famille.
À la cave je sais qu’on s’amuse à m’imiter : en avançant à pas vifs et en montrant du doigt à droite et à gauche de façon scandée « les petits détails qui ne vont pas » !
Du coup mon surnom serait « œil de lynx »… ma mère c’était « la Tigresse »… les chats ne font pas des chiens.

Votre ingrédient, arôme préféré ?
Poivre gris et coriandre en grains.

Votre plat favori ?
Alors là… Je suis gourmande dans le sens où j’aime la bonne cuisine et je n’aime pas manger 2 fois la même chose… du coup je suis la reine des restes sur une recette familiale sans cesse renouvelée : le « fouzytout ».

Diane & Emilie

Diane & Emilie : le duo d’aujourd’hui de l’Engarran

Rouge, blanc ou rosé ?
Rouge ! c’est pour moi l’essence du vin, et même LE vin par excellence.
Quand commencent les vendanges de rouge, c’est le vrai travail qui démarre pour moi.

Un gimmick, une phrase fétiche au travail ?
« Allez ! »
« Retourne dans ta vigne, un trésor y est caché ! »
« Sans cesse sur le métier tu remettras ton ouvrage »

Plutôt grande gueule ou diplomate ?
Grande gueule !!!! 🡪 et même un peu sanguine…
Je tiens ça de mon père ET de ma mère… une grande gueule… ce n’est pas sexué, c’est féminin ou masculin

Votre plaisir coupable ?
Du quatre quart coupé en tranche épaisse avec du chocolat Milka tablette épaisse… pour les creux des vendanges.
Un verre de grand vin…  seule… sur le canapé face à un bon film

Une chanson honteuse ?
Les paillardes apprises en famille autour du rugby… Shocking !
Ou alors… Maitre Gims… J’aime le rythme, les paroles et même le sens des mots.

Un vin à nous faire découvrir ?
C’est une question piège !
Du coup, un blanc de Cheverny pour boire un verre entre amis.

Tendances actuelles et à venir ?
Sous l’influence et en duo avec ma nièce Emilie, 6ème génération de la famille à travailler pour le domaine et 4ème génération de femmes : nous sommes le duo d’aujourd’hui de l’Engarran, nous travaillerons main dans la main, je suis à l’écoute de ses idées novatrices ! « Keep up to date » !

Quelques vieux millésimes

Bio, sans sulfites, …
Je prône le parler vrai et la création d’un référentiel d’agriculture bio-raisonnée. On ne doit pas prendre les consommateurs pour des idiots et leur faire avaler du « sans soufre » alors que par ailleurs le bio est traité à grand coup de cuivre qui neutralise la vie biologique des sols…
Comme le dit la pub : « Nous..? nous… c’est le goût ! »
Chez nous, le goût prime, exprimé par un terroir respecté et protégé.
Ce sera mon coup de gueule ! le mouvement de « propreté » dans les produits est excellent et même fondateur, mais il faut parler vrai et avancer tous ensemble pour un monde plus sain sans opposer les « chapelles ».

Votre vision du vin d’aujourd’hui ou de demain ?
Rechercher le vin avec du « style » de la « buvabilité », parler vrai, terroir, famille, patrimoine, histoire, authenticité.
S’adapter aux modes de consommation hors-domicile, travailler l’élégance.

Pour vous, c’est quoi la force de NEWCAP ?
Un emplacement stratégique dans Paris, un professionnalisme au service du client, la connaissance pointue du métier de traiteur et des réceptions à thèmes et une super équipe.

Dernière question : Pas trop dur d’être un garçon dans la famille ?
Hahaha ! Non j’assume et je dis qu’il faut avoir des C….. pour être entrepreneur(e).
Et puis… je suis l’aînée !
Si vous voulez dire, quelle place ont les garçons dans la famille, alors je dirai… « la leur ».
Il fallait être folle pour croire au Languedoc il y a 50 ans et ce sont les femmes qui y ont cru !
Mais, welcome, la porte est toujours ouverte.
Dans l’équipe nous respectons presque la parité homme femme : 4 femmes pour 7 hommes et pourtant nous sommes du secteur primaire !
On en parle pour les autres entreprises françaises ?
Ce sera mon second coup de gueule !

https://www.chateau-engarran.com/

 

Derniers articles

lundi 25 novembre 2019

Un réseau Wi-Fi, modulable et personnalisable

jeudi 31 octobre 2019

Mouvement Movember.

Newsletter